Les livres en souscription

> Les ci-devant > Patrick Givelet

En 1789, il ne s’est rien passé en Savoie. Ou si peu. Dans le village de Pesey, à 1500 mètres d’altitude, cela fait des siècles que l’on s’est organisé suivant un ordre que l’on pensait aussi immuable que la montagne, les torrents et les saisons. La vie, depuis la naissance jusqu’à la mort, est encadrée par le curé, le châtelain, l’intendant de Tarentaise et le syndic. Seule « modernité » dans le paysage agro-pastoral de ce village, l’exploitation, depuis une soixantaine d’années, d’une mine de plomb et d’argent.
En 1792, les troupes révolutionnaires françaises envahissent le duché de Savoie. Leurs intentions, disent-elles, sont pacifiques : elles viennent libérer les populations de leur despote, le roi de Piémont-Sardaigne, dont la capitale est Turin. Mais elles apportent aussi avec elles les principes d’une société nouvelle : la liberté pour chacun, l’égalité pour tous.
C’est dans ce village tiraillé entre les idées nouvelles de la Révolution et les adhérences à l’ordre ancien que Gasparde revient de Turin où elle s’est formée pendant dix ans dans un atelier de peinture d’ex-voto. Elle tente d’y vivre sa vie de femme peintre, confrontée à une période mouvementée, à la charnière du 19e siècle.