La prophétie d'Osiris

Chapitre 1

 

 

CRAC

Mais qu’est-ce que… ?

Oups ! J’ai comme une idée, mais… pourvu que je me trompe ! Oui, oui, c’est sûr, je me trompe. Il y a erreur. Je me penche doucement en avant, tout doucement, mue par une certaine appréhension. Je ferme fort les yeux, ne voulant pas voir ce à quoi je pense… Aïe aïe aïe ! Bon à trois je les ouvre. Si mes copines voyaient la scène, elles en tordraient leur petite culotte de rire. Un, deux… deux et demi... trois ! J’ouvre un œil, gardant l’autre obstinément clos et fixe mon entrejambe. Mes yeux s’écarquillent. Dites-moi que j’rêve ! Et M**** ! C’est bien ce que je craignais ! Un trou ! Toute la couture de l’entrejambe de mon pantalon a cédé. La honte ! J’ai craqué mon fute !

Si jamais Florence Samson, Charline Besnard ou Victoria Lorentz, mes trois super copines l’apprennent, c’en est fini de moi. L’une passerait son temps à marcher en canard en cancanant « crac-crac ! ». L’autre aurait une démarche de grosse balourde (on est des filles hein, donc un balourd, une balourde !) me singeant comme si j’avais un énorme postérieur. La dernière passerait son temps la tête en bas, se regardant l’entrejambe et criant « j’l’ai craqué ou j’l’ai craqué ? » Nan, manifestement, il ne faut surtout pas qu’elles aient vent de cette histoire !

Mais comment ai-je pu faire cela ? Décidément, les vêtements d’aujourd’hui ne valent pas ceux d’avant-hier. Avant, vous naissiez en baby gros, vous grandissiez en baby gros et on vous enterrait dans votre baby gros. D’accord, il avait perdu de son élasticité à force de grandir en même temps que vous. D’accord, ses mailles étaient distendues par les rondeurs corporelles, mais quand même, c’était toujours le même… ou presque. Maintenant, vous achetez un jean le matin, vous mangez au Mac Ut le midi et vous craquez votre falzar le soir, quand le gros hamburger bien gras arrive dans votre petit bedon.

C’est horrible ! Va encore falloir que je fasse appel à m’man pour la couture, même si elle habite à plus de cent kilomètres de chez moi ! Je l’imagine déjà me dire : « Mais ma chérie, tu es assez grande pour prendre du fil et une aiguille toi-même ! » Et moi répondre : « Mais tu sais ma p’tite maman, c’est toujours mieux quand c’est toi qui t’en occupes. »

Pourtant, c’est vrai que j’suis grande du haut de mes 181,5 cm. Remarquez que la taille, c’est comme les chaussures. Quand c’est de l’excellente confection, on fait dans la demi-pointure. Le 0,5 est donc un label de qualité. Alors, dire de quelqu’un qui manque de personnalité que c’est une demi-pointure est un non-sens. CQFD (traduction pour les incultes : c’est ce qu’il fallait démontrer).

 

À évoquer ma famille, ma tristesse s’éloigne et un sourire se dessine sur mes lèvres. Moi, Laly Chame, le quart de siècle vécu, j’ai toujours besoin de mon papa et de ma maman pour me protéger et me bichonner. Plus le nid est douillet, plus le petit oiseau tarde à s’envoler.

D’ailleurs, en tant qu’oisillon, je tarde tellement que je vais être en retard, si je ne m’active pas un peu. Et là, plus de papa ni de maman pour faire un mot d’excuse à mon chef comme quand j’allais à l’école. Imaginez :

 

Chère Madame la chef de ma fille,

 

Ma fille Laly prendra son service aujourd’hui avec un retard certain because elle est trop grosse pour rentrer dans son pantalon et comme elle est plus têtue que Dineiro (son cheval), le vêtement a fini par céder… dans tous les sens du terme. Il m’a fallu réparer l’étendue des dégâts. Je n’avais que du fil blanc, or son pantalon est noir. Et c’est, bien sûr, celui-là qu’elle voulait mettre et pas un autre. Vous savez sans doute ce qu’est un caprice d’enfant et ce qu’une maman est prête à faire pour calmer un gros chagrin. Je suis donc allée acheter du fil de la couleur appropriée. Comme les magasins n’ouvrent qu’à 10 heures, j’ai attendu, attendu, attendu. Ce qui explique le retard de ma fille habituellement si ponctuelle.

 

Signé : une maman qui paie ses impôts

 

Ça, ce serait l’top !

Par contre, je ne sais pas si ma chef apprécierait cette histoire cousue de fil blanc.