Val Kyme, Tome 1 : Le Templieur

2. Le donjon abandonné


Julie souffle en une seule fois les onze bougies de son gâteau d’anniversaire. Tout le monde applaudit. Roger et Mireille, ses parents, la couvent d’un regard attendri.
— Déjà onze ans, ma petite fille, dit sa maman. Comme le temps passe vite…
— Pas tant que ça, rétorque Julie. J’ai l’impression que ça fait des heures que ces cadeaux attendent que je les déballe.
Elle désigne trois paquets posés sur la table et un quatrième – visiblement un vélo – appuyé contre le mur.
— Tu as le droit de les ouvrir à présent, autorise son père.
La jeune fille ne se fait pas prier. Elle commence par arracher le papier du plus gros et découvre une magnifique bicyclette rouge vif. Elle saute au cou de ses parents pour les remercier. Puis elle ouvre les deux autres avant d’arriver à celui que Val a apporté : un Grand Atlas des merveilles du monde.
Elle pose un baiser sonore sur la joue du garçon.
— Merci, c’est un cadeau magnifique.
Le garçon explique son choix.
— Tu m’as confié que tu aimerais beaucoup voyager. Nous pourrons commencer à le faire en lisant ce livre…
— Nous ?
— Enfin… je voulais dire toi, balbutie Val.
Noémie, la cousine de Julie, tire le garçon de son embarras.
— Alors, on le mange ce gâteau ou bien il est juste là pour la décoration ?
— Voilà, voilà, je le découpe, répond la maman de Julie en riant.

Un peu plus tard, Julie, Noémie et Val décident d’aller jouer dans le jardin. Derrière la Conciergerie coule un torrent, qui gargouille sur un lit de cailloux blancs.
— Mon père m’a raconté qu’autrefois le torrent faisait tourner la roue d’un moulin, explique Val.
— Il existe encore ce moulin ? demande Julie.
— Non. Je crois qu’il se trouvait après la tour, dans le bois.
Noémie remarque une forme dressée au milieu des arbres.
— C’est quoi cette tour ?
— Le reste d’un vieux château fort, répond Val. Il était là bien avant le château de Sassenage.
— On y va ? propose Julie.
La haute tour crénelée est couverte de lézardes et de lierre. Un escalier en bois vermoulu mène à une porte placée deux mètres au-dessus du sol.
Noémie pose le pied sur la première marche.
— Allons voir si la porte est ouverte.
— Inutile, grimace Julie. J’ai déjà essayé, elle est verrouillée.
— Oh, quel dommage !
Une idée fait battre le cœur de Val.
— Je pense savoir où mon père conserve la clef de la tour, dit-il d’un ton mystérieux. Ne bougez pas d’ici, je la ramène tout de suite.
Val part en courant jusqu’au château. Il se glisse discrètement dans le bureau de son père et fouille dans les tiroirs de son bureau. Une clef visiblement ancienne est attachée à un énorme trousseau. Il la détache et retourne vers la tour, ravi de son audace.
Il sait que son père serait très fâché d’apprendre qu’il a fouillé dans ses affaires.
Mais le plaisir d’impressionner Julie lui paraît une raison suffisante pour encourir les foudres paternelles.
— Je me suis souvenu que Wallace Brian avait remis cette grosse clef à mon père le jour de son départ, explique Val.
— Qui est Wallace Brian ? interroge Julie.
— L’ancien gardien. Il est parti en retraite le mois dernier. C’était un drôle de vieux bonhomme. Il préférait vivre dans cette vieille tour pleine de courants d’air plutôt qu’à la Conciergerie.
— Il vivait dans cette ruine ? souffle Noémie, ébahie.
Val hoche la tête.
— Allons voir à quoi ressemble la tanière de ce vieux Wallace.
Sans attendre, il s’engage dans l’escalier branlant.