Pendant ce temps, à la gare de tous les départs

Scène 1


Bruits de hall de gare qui résonnent. Fumée. N°1 est au centre quand la lumière se lève, une longue liste à la main.


N°1. — C’est incroyable d’être sans arrêt en retard, comme ça ! Des faux départs, et ça rate le coche, et ça ne veut plus attendre son tour ensuite… Et sur qui ça retombe, tout ça ? Eh bien, je vous le donne en mille : moi. Pourquoi moi ? C’est très simple : moi je suis la plus vieille des âmes par ici, donc forcément, ça me donne certaines responsabilités… Dans cette gare, c’est moi qui décide quand quelqu’un descend, ou quand il doit attendre ! Les âmes plutôt âgées, ça va, elles ont appris à être patientes, mais les autres… C’est une horreur pour l’organisation, moi je vous le dis !


Entrent N°2 et N°3, essoufflés.


N°2. — On est là, on est là, stoppez la navette !
N°1. — Ah ! Vous voilà ! On ne vous attendait plus, vous deux ! À croire que vous êtes mieux ici qu’en bas…
N°3. — Pardon, on est passés par le Bureau des Attentes, pour être sûrs qu’on se retrouverait facilement, en bas…
N°2. — Et du coup on n’a pas vu le temps passer, avec toutes leurs explications…
N°1. — Ce n’est que votre deuxième descente, c’est ça ?
N°2 et N°3, ensemble. — Oui, pourquoi ?
N°1. — Non, ça se voit, c’est tout… Ne vous inquiétez pas, si vous devez vous retrouver, vous y arriverez !
N°2 et N°3, se regardent, rassurés. — Ah !
N°1. — Mais ce sera comme si vous ne vous étiez jamais rencontrés avant, bien sûr.
N°2 et N°3, choqués. — Quoi ?
N°1. — Enfin, c’est évident ! À chaque descente sur Terre votre mémoire est effacée, il faut tout reprendre de zéro ! Ce serait beaucoup trop simple, sinon.
N°2. — Vous voulez dire qu’on pourrait se croiser et ne jamais se reconnaître ?
N°1. — Exactement, ça arrive assez souvent, d’ailleurs. Surtout au début ! Au bout de huit ou neuf descentes, vous saurez mieux y faire.
N°3. — Attendez, vous êtes en train de nous dire qu’on va VRAIMENT TOUT devoir recommencer ? Même les apprentissages de base ?
N°1. — Exactement.
N°2. — Oh non, on va devoir réapprendre à parler ?
N°3. — À marcher ?
N°2. — À lire ?
N°3. — À compter ?
N°2. — Et tout du début à la fin ?
N°1. — Évidemment ! Ah, ces nouvelles âmes… Ils ne vous ont pas expliqué au Bureau des Premières Descentes ?


N°2 et N°3 se regardent, gênés.


N°3. — Ben, en fait… C’est qu’on était un peu en retard, et du coup…
N°2. — On a eu peur de rater le départ, et on avait déjà été dans tellement de bureaux…
N°3. — On s’est dit que peut-être…
N°2. — Oui, qu’on pourrait peut-être sauter une ou deux étapes !
N°1, avec un soupir. — Très bien, reprenons depuis le début. On vous a donné un ticket après votre passage au Bureau des Attentes. Vous avez dû demander une navette groupée, sinon vous ne seriez pas tous les deux devant moi. Ce ticket vous donne droit à un départ dans un certain quartier desservi par notre gare – nous ne sommes évidemment pas la seule gare au monde, ce serait bondé, sinon ! Vous allez donc atterrir dans une maternité, dans votre nouvelle famille, en tant que nouveau-né, exactement comme pour votre première fois !
N°2 et N°3, ensemble. — Ah, d’accord !
N°1. — Comme vous avez demandé une navette groupée, vous atterrirez dans des endroits suffisamment proches pour faciliter vos retrouvailles ! Ainsi, vous aurez toute votre vie pour vous reconnaître.
N°2 et N°3, ensemble. — Ah, c’est ça le fameux principe des âmes sœurs ?
N°1. — Exactement.
N°2. — Mais on se souviendra de tout en remontant, après, non ?
N°1. — Oui, ça c’est certain, quand on revient ici on est conscient de tout.
N°3. — Et on pourra remonter ensemble ?
N°1. — Ah, ça c’est moins sûr ! Mais ne vous inquiétez pas de ça, vivez déjà votre vie, on en parle à votre retour. Filez, vous bloquez la circulation de la navette ! Allez, ouste !


N°2 et N°3 sortent en courant, en se tenant la main. N°1 les regarde sortir en secouant la tête, puis les suit. Fumée, musique style « slogan SNCF ».