Membre

Scène 1

 

Catherine
Sur le moment, j’aurais préféré me couper le doigt plutôt que d’enfiler cette alliance.
Alors je l’ai fait.
Lui, il me souriait dans son beau costume. Ému. Il a approché l’alliance de mon doigt.
J’étais horrifiée ; je n’ai pas tenu : tout à coup je me suis mise à courir à travers l’église avec ma longue robe de mariée ; sous le regard béat des parents et beaux-parents.
Je suis arrivée dehors ; il faisait beau !
En face de l’église, il y avait une brasserie « À la bonne franquette » elle s’appelait.
Je suis entrée, la porte a sonné toute seule. Une serveuse qui devait n’attendre que moi puisqu’elle s’est précipitée dans ma direction à peine étais-je entrée.
Elle m’a installée à une table.
J’ai commandé une bavette. On me l’a amenée avec un couteau approprié.
Au lieu de couper la bavette je me suis coupée l’annulaire de la main gauche.
J’en ai eu pour treize minutes exactement.
Ça m’a fait mal ; mais je suis sûre d’être libre maintenant. Je ne pourrai être la propriété de personne.
Une bague qui veut dire : je suis à quelqu’un.
Comme la marque qu’ont certains chiens dans leurs oreilles.
Ou la cloche que les vaches portent autour de leur cou.
Je ne veux pas être une vache avec une cloche.
Ni une cloche avec une vache.
Je veux être une vache libre dans un champ sans barrière électrifiée.
Elle, pour plus avoir de cloche faut qu’elle se coupe la tête. Quel choix !
Moi, j’ai juste à me séparer d’un doigt ridicule.
Qu’est-ce que c’est par rapport à une tête de vache ?
Rien.
Tout coupé ! Puis pour être sûre qu’on me le raccommode pas, je l’ai mangé.
Avec ma bavette échalotte et un verre de Bordeaux.
Ensuite je me suis endormie. Certains diront que je suis tombée dans les pommes.
Vous allez me dire que je suis folle, moi je sais que je suis lucide.

Docteur
Très bien. Je vais vous prescrire des médicaments contre la lucidité et demain une collègue viendra vous parler de cette... de votre... lucidité.
Je vais également vous faire quelques prises de sang pour voir si tout va bien.

Catherine
Pourquoi j’ai une pince sur le gros orteil ? C’est une greffe ?

Docteur
Non, c’est pour prendre votre pouls. Voir à quelle vitesse bat votre cœur.

Catherine
Il bat comment ?

Docteur
Normalement.

Catherine
Un jour quelqu’un est mort parce que son cœur battait en même temps qu’une musique. Lorsque la musique s’est arrêtée le cœur aussi. Bon, c’était dans une boîte de nuit avec de la techno.
Mais au cas où ça fasse la même chose avec la télévision je préférerais qu’on ne l’allume pas.
Merci.