Catalogue

> Voyage en mal-plaisir > Gérard Pascalis

La fin de la journée arriva très vite. Au gré des retours de balades, je découvrais de nouvelles têtes. La maison se transforma bientôt en une immense fourmilière avec des tas d’enfants qui surgissaient d’un peu partout. Il y avait des grands (très grands  !) des petits (très petits  !) des Arabes, des Antillais, des Ch’timis, des Normands, des Alsaciens, des Auvergnats, toutes les représentations régionales, des bruns, des blonds et même quelques roux…

Quand vint le moment du repas une sonnerie résonna dans les couloirs et une queue plus ou moins disciplinée se forma dans l’étroit escalier qui descendait au réfectoire. Bernard, un des moniteurs, me demanda de rester à côté de lui. À son signal, tous les enfants s’installèrent bruyamment sur leur chaise, dans l’immense salle où s’alignait une quinzaine de grandes tables en formica blanc. Bernard rétablit le silence. Debout à ses côtés, je restai aussi immobile qu’une statue, pétrifié. D’un seul mouvement, quatre-vingt-dix paires d’yeux avaient convergé vers moi dans un léger murmure : « un nouveau… c’est un nouveau… »

J’aurais donné n’importe quoi pour être transporté au pied de l’abricotier du jardin de mes parents.

Couverture du livre Voyage en mal-plaisir

20 €

364 pages

Mai 2012

978-2-84921-235-6